Return to site

Maman le jour, bête de scène la nuit...

Je suis partie 3 semaines au Liban, et j'étais sur scène 1 soir sur 2.

Pendant quelques heures, parée de mes jolies robes, de mes talons hauts et de mes paillettes, tenant d'une main de fer mon micro adoré, j'étais l'artiste, la chanteuse, la "Girl on Fire"...

Puis je redevenais la maman poule, aussitôt passée ma porte de chambre d'hôtel.

Car oui, je voyage avec mon bébé, même quand je travaille.

Partir avec bébé quand je vais chanter, me demande un peu d'organisation en amont. Donc en plus de la préparation du répertoire, des tenues de scène, etc, je dois m'organiser avant de partir pour trouver une nounou qui gardera mon enfant pendant mes absences.

Heureusement au Liban, il est facile d'avoir l'aide d'une nounou qualifiée.

Une amie m'en a recommandée une avec laquelle j'ai tout de suite eu le feeling. Je savais que mon enfant serait en sécurité avec elle. C'était un poids en moins et ça tombait bien car j'étais déjà stressée par mes futures scènes.

En effet, pour la première fois j'allais rencontré le grand Ziad Rahbani, le fils de l'immense Fairouz, que tout le monde appelle ici, le Génie, le Roi... Il est ADORE par le peuple libanais!

Et j'allais donc avoir l'honneur et le privilège de chanter à ses côtés.

J'ai beaucoup entendu parler de ce grand Monsieur et de ses habitudes particulières.

Pour tout vous dire, ce que je craignais le plus et qui me faisait stresser, c'était de ne pas supporter son côté "artiste" en mode, "j'arrive quand je veux, je pars quand je veux, je joue ce que je veux, je fais ce que je veux"...

Je sais que ça peut vite m'énerver et je me connais: je ne vais pas savoir me taire!

Les hostilités ont commencé le deuxième jour.

La nounou arrive quelques heures avant que je m'absente afin que bébé reprenne ses marques avec elle. Je dis "reprenne", car, j'ai pu faire appel à une femme qui s'était déjà occupée de mon enfant apparavant.

Bref, elle joue avec et lui donne son goûter. Et tranquillement une relation de confiance s'installe.

C'est donc rassurée et détendue que je pars en répétition.

Rassurée mais toujours triste de quitter ma progéniture. Je n'arrive vraiment pas à m'y faire...

Je pars, et me rends au studio sous une pluie battante. Pas de panique, j'étais en voiture! (Ceux qui me suivent sur Instar savent qu'il est encore très original de se balader à pied dans la capitale libanaise.)

Arrivée, je découvre un grand studio, rempli de matos oldschool qui fonctionne à merveille. L'endroit grouille de musiciens. Ca parle musique, politique et ça fume cigarette sur cigarette.

Je croise Ziad dans les couloirs; un petit homme charmant et attachant qui en quelques mots me met à l'aise: "Cynthia, on va faire de la musique sans se préoccuper des règles". J'adore!!! Je sais à présent que tout va bien se passer!

Après 2h d'attente (mais bizarrement, je ne pète pas les plombs)! nous commençons les répèt.

Pendant plusieures heures on travaille un répertoire nouveau pour les musiciens et pour moi. C'est intéressant. Tout se passe super bien. Riad ne participe pas à la répétition. On m'avait prévenue donc je ne suis pas étonnée. Et j'ai saisi le talent du Monsieur, alors je ne m'inquiète pas une seconde pour le concert du lendemain.

Après quelques de travail, je rentre à l'hôtel et trouve mon bébé paisiblement endormi dans les bras de sa nounou.

Je récupère la merveille que je serre dans mes bras et je l'installe au centre du grand lit.

Pendant 3 semaines nous dormirons dans le même lit: un pur bonheur!

Le lendemain soir j'ai un show. La nounou vient 1h avant que je parte afin de gérer bébé pour que je puisse me préparer tranquillement.

C'est le genre de concept qui ne fonctionne pas du tout avec nous; si nous sommes dans la même pièce il y a très très peu de chances que nous ne soyions pas collées!!!

J'essaye de m'enfermer dans la salle de bain mais bébé hurle. No way!

"Aller, bébé, viens avec maman..."

Je l'assoies à côté du lavabo dans notre salle de bain XXL et on commence à se maquiller.

Oui! On parce que vous imaginez bien qu'une trousse à maquillage est un trésor sans nom pour un bambin. 20 minutes plus tard, j'ai un petit pot de peinture assis à côté de moi. Du front au menton et partout sur le pyj! Rien n'a été épargné. Ah ah ah!!!

Une fois maquillée je sors ma tenue de scène et mes chaussures. Bébé monte sur le lit et se jette sur ma robe en criant "Waow"!!! Puis c'est l'extase devant mes talons... Ni une ni deux, bébé se rue dessus, y rentre ses tout-petits pieds et la voilà fière et perchée sur des Yves Saint-Laurent de 15 centimètres. Adorable!

La nounou, discrète, nous regarde en train de jouer et rigoler tout en me préparant. Elle a compris que tant que je suis là, bébé ne la calculera pas...

Bref, il est l'heure de partir. Petit serrement au coeur.

En quittant la chambre, bébé se met à pleurer. J'ai moi-même les larmes aux yeux...

Je reste derrière la porte pour vérifier que cela ne dure pas trop longtemps.

Je n'ai pas le temps de compter jusqu'à 5 que Little bird se calme et passe autre chose. Merci!

Les concerts avaient lieux dans l'hôtel dans lequel nous séjournions. Très gros avantage puisque je quittais ma chambre seulement 15 minutes avant de monter sur scène!

Avant de monter sur scène pour le 1er concert, je stressais un peu. Laisser bébé la nuit, plus partager la scène avec un monument de la scène libanaise, ce n'était pas rien pour moi.

Mais une fois mon micro en main, le stress disparait!

La scène c'est mon élément. Dès les premières notes de ma première chanson je prend possession de la scène... Le public est très réceptif.

C'est une explosion de joie et de bien-être qui a lieu dans mon coeur. La scène, bordel! La scène c'est vraiment mon truc....

Toutes les nuits de concerts sont dingues! L'artiste que je suis a pu s'exprimer exactement comme je le souhaite. Pendant quelques heures je devenais complètement wild, je me laissais portée par le feu qui brûle en moi, donnais de la voix comme j'aime le faire et me remplissais d'énergie positive. Du bonheur à l'état pur.

Quand je suis sur scène, je suis moi sans contrainte, sans obligation, sans responsabilité. Je donne ce que j'ai et le public prend ou pas. Moi, je fais ce que je sais faire de mieux; je chante et je fais le show. Je suis moi, sans filtre, complètement portée par le plaisir et la joie d'être sur scène. Je chante, je danse, je saute, je rentre dans une espèce de transe qui me transporte dans une autre dimension tout en laissant mes pieds sur terre.

Puis vient la dernière note de la dernière chanson... Je suis high! Je suis sûre que c'est encore mieux que de prendre de la drogue! Ah ah ah!

Mais il est temps de redescendre...

Je salue le public, mes musiciens puis je me dirige directement vers ma chambre.

La nounou peut passer la nuit dans notre chambre et s'occuper de bébé demain matin au réveil. Je pourrais donc aller faire la fête avec mes potes et me reposer demain matin.

Mais ça ne me tente même pas. La perspective de passer la nuit avec le souffle de mon enfant caressant mon visage, sentir son petit corps me grimper dessus le matin, ses mains chercher mon sein et sa tête s'écraser sur ma poitrine quand elle l'a trouvé, c'est un bonheur auquel je ne veux pas renoncer...

Je monte donc dans ma chambre, rentre tout doucement... Mais chaque fois bébé a sentit ma présence et s'est réveillée.

Je libère la nounou, puis nous revoilà toutes les 2 en plein milieu de la nuit à jouer et rigoler.

Qu'importe, la vie nous appartient, et le temps aussi.

On finit par s'endormir l'une contre l'autre jusqu'au lendemain matin.

C'était notre espèce de "routine" pendant ces 3 semaines.

Qu'est-ce que c'était bien!

Ces moments sur scène et avec mon bébé sont exceptionnels. Etre la "diva" puis la maman, c'est un mélange que j'adore particulièrement. J'ai conscience de ma chance et je la savoure.  

Je n'oublie pas non plus, que ma chance, je l'ai choisie, je l'ai créée.

Cynthia Brown

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly