Return to site

Enceinte je voyage en Jordanie

Crédit Photo: Julien Lavallée

· Mes confessions

On nous dit tout le temps qu'à partir de moment où l'on apprend que l'on est enceinte, il faut faire attention et lever le pied.

Mais faire attention à quoi exactement? A ne pas perdre l'enfant me direz-vous. Ok, j'entends cet argument, bien sûr! D'autant que 15% des grossesses se transforment en fausse couche. Et qu'il s'avère que c'est une expérience très traumatisante pour les femmes.

Mais la future mère est rarement responsable de sa fausse couche.

Rappelons que la fausse couche (ou avortement précoce spontané) est l'arrêt au cours du premier trimestre d'une grossesse qui avait débuté normalement.

En voici les 4 principales causes:

  • Les anomalies chromosomiques 

La répartition des paires de chromosomes ne se fait pas correctement (trisomie, monosomie...) et certaines de ces anomalies vont empêcher le développement et la viabilité de l'embryon.

Selon le principe de sélection naturelle, le corps de la mère va expulser cet embryon qui ne pourra donner naissance à un enfant vivant. ​

  • Les anomalies de l'utérus 

Plusieurs anomalies dans la forme ou la taille de l'utérus peuvent être préjudiciable à la poursuite d'une grossesse:

1- les malformation utérines corporels: utérus cloisonné (séparé en 2) ou utérus cordiforme (trop fin et trop allongé) ne peuvent pas toujours permettre à un embryon de se développer. Si elles n'excluent pas la possibilité de donner naissance à un enfant vivant,le plu souvent prématuré, ces anomalies peuvent causer une fausse-couche selon leur degré de sévérité.
2- les béances du col: lorsque le col de l'utérus n'est pas assez tonique, il peut s'ouvrir et provoquer une fausse-couche
3- l'hyploplasie de l'utérus: pour des raisons inconnues, il arrive que l'utérus soit trop petit pour permettre à une grossesse de continuer. Néanmoins, malgré une hyploplasie certaines femmes mènent leur grossesse jusqu'à 33 semaine d'aménorrhée.
  • Les anomalies hormonales
1- l'insuffisance lutéale: un taux de progestérone insuffisant pose problème dans le processus de nidation. Un traitement hormonale ordonné par le médecin peut rétablir cet équilibre et permettre une nouvelle grossesse.
2- l'hyperandrogénie: un taux de testostérone trop élevé chez une femme peut aussi provoquer des fausses couches. Ici encore, un traitement hormonal peut rétablir l'équilibre.
  • Les causes générales
Diabète et hypertension sont des terrains à risques. Afin de limiter les risques d'avortement précoce, les femmes atteintes de ces maladies devront stabiliser leur pathologie avant de démarrer leur grossesse. Elles bénéficieront d'un suivi de grossesse spécifique.
Les femmes ayant été infectées par des virus type chlamydiae, mycoplasmes, hépatites B et C, HIV, etc, font aussi partie des classes à risque de fausse-couche.
Et enfin le tabac et l'alcool peuvent être responsables d'avortements précoces.
Si la future mère souffre d'une de ces anomalies ou qu'elle fait partie d'une de ces classes à risques, bien sûr, qu'elle doit prendre toutes les précautions nécessaires avant et pendant, pour pouvoir mener à bien sa grossesse.
Mais à part dans le cas d'une mère qui fume, boit ou consomme de l'alcool la fausse couche, la mère est rarement responsable de sa fausse-couche.
En ce que concerne les fausse-couches tardives, qui surviennent après le premier trimestre, elles sont souvent dûes à une malformation utérine, ou encore à des infections type toxoplasmose ou listériose. Une hyperthyroïdie, un diabète gestationnel ou encore le tabac, l'alcool et les drogues peuvent être à l'origine d'une fausse-couche tardive.
En prévention, il est donc important d'arrêter de fumer, de ne pas consommer de drogues, de ne pas boire d'alcool, de limiter le stress (cf mon article sur Le sport pendant la grossesse), de réduire l'intensité de l'activité physique et d'adopter une alimentation saine et équilibrée.

Je pars en Jordanie

Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte je m'apprêtais à partir pour un fabuleux voyage en Jordanie.

Ma gynéco, a été très claire: NE PARTEZ PAS!

Ah bon? Merde alors!!!! Mais pourquoi?

Elle me disait que la chaleur, le désert, les longues marches, les voyages en voiture et en 4X4 étaient proscrits, surtout pendant le premier trimestre.

Elle craignait une fausse couche et me déconseillais vivement d'aller dans "ce genre de pays" (ne me demandez pas; je ne sais pas ce que ça veut dire...Je déteste cette expression!), au cas où il y aurait un souci.

Je lui ai demandé si j'avais un profil à risque, si ma grossesse présentait des symptômes auxquels il fallait faire attention.

Il m'a répondu que non. Que tout était parfait mais que par précaution, elle me déconseillais vivement de partir mais plutôt de rester sagement à Paris et de me reposer...

Sauf que je n'étais pas fatiguée au point de vouloir passer mes journées au lit, que je passe mes journées au lit que lorsque je suis très très malade, et que je voulais partir en voyage!

Sauf qu'elle m'avait mis un doute dans la tête!

Mais je me suis reprise et j'ai analysé la situation de la manière la plus objective possible. Et plus j'y réfléchissais, moins je voyais de raison d'annuler mon départ.

Il n'y avait en fait aucune contre indication médicale à proprement parler. Juste les angoisses qu'un système tout entier fait subir aux futures mères. Je ne voulais faire partie de ces femmes assujetties aux pouvoirs d'une société qui nous fait croire ce qu'elle veut, qui nous diminue, et qui fait des femmes enceintes, des personnes handicapées.

De plus, je suis convaincue d'une chose; si l'on croit qu'il peut y avoir un souci, et que l'on agît en ce sens (ici, annuler mon voyage) on met tout en place pour que le souci arrive.

Donc, si on se met dans l'état d'esprit inverse, et que l'on ne laisse pas de place au "souci", il n'arrivera pas!

Je connaissais les risques de fausse couche pendant le premier trimestre mais que je sois en France ou à l'autre bout du monde, si je devais perdre l'enfant, je le perdrais. Mais plus je me mettrais dans la tête que c'était une véritable possibilité, plus j'en ferais une réalité.

Je me suis quand même renseignée sur les infrastructures médicales en Jordanie; ils ont de très bons hôpitaux, très modernes et de très bons médecins.

Je me suis donc mise en tête que tout irait bien, et je m'envolais pour la Jordanie sans aucune pensée négative...

Je n'ai pris aucun risque et je faisais attention à moi.

J'avais par exemple toujours 2 bouteilles avec moi pour bien m'hydrater. Je me couvrais entièrement le corps et portais des casquettes pour me protéger du soleil et de la chaleur. Je faisais des pauses toutes les heures.Et je me couchais très tôt et faisais de longues nuits.

Pas enceinte, je n'aurais pas pris autant de précaution quant à mon hydratation, je n'aurais pas fait de pauses toutes les heures, et je ne me serais sûrement pas couché à 21h tous les soirs!!!

Mes conseils pour partir à l'aventure enceinte:

- partir avec une photocopie de son dossier médical

- vérifier les infrastructures sur place (adresse, état, médecins, etc...)

- avoir le numéro du Consulat de France toujours sur soi

- prendre une assurance rapatriement

- prévoir des temps de repos réguliers

- s'allonger quand c'st possible

- alterner les jours de grosse activité et les jours "chill"

- où que vous soyez, vérifier que vous avez toujours la possibilité de boire abondamment et agir en conséquence

- ayez toujours quelque chose à grignoter en cas de fringale

- chaussez-vous bien pour éviter le mal de dos si vous marchez

- évitez les activités avec risque de chute

- dormez au moins 8 heures par nuit

D'autre part, avant chaque activité, j'écoutais mon corps. M'autorisait-il à faire ci ou ça? Avais-je des douleurs ici ou là qui indiqueraient que je doive lever le pied? Non. Rien. Je me sentais hyper bien. Je profitais de ce pays absolument incroyable et la petite lentille qui poussait en mon ventre profitait aussi de toutes ces ondes positives.

Attention, je ne dis pas qu'il faut faire tout et n'importe quoi, qu'il n'y a pas de risque et que les médecins ont tort.

Il y a des précautions à prendre et il faut faire attention à soi! Nous ne sommes plus seule, et nous avons la responsabilité de ce petit être qui pousse en nous.

Mais franchement, quand je pense à toutes ces femmes que j'ai croisées lors de mes voyages, en Afrique ou en Asie, et qui du premier au dernier jour de grossesse vont aux champs, tirent l'eau du puit plusieurs fois par jour, marchent pendant des heures pour aller au village voisin avec un autre bébé dans le dos, récoltent le riz, pilent le mil, etc, je me dis quand même qu'enceinte on peut continuer de vivre normalement!

Je me suis inspirée d'elles toutes en fait.

Je ne suis ni irresponsable, ni tordue. Je suis à l'écoute de mon corps et je suis aussi dans une vie positive. Je vois le verre à moitié plein. Je vois ce qui va: pas ce qui pourrait ne pas aller!

Pus on pense "aux risques", plus on les fait exister et plus on leur donne une chance d'arriver.

En tous cas, je n'avais prévenu aucun membre de ma famille que je n'étais pas seule ;)

Et personne n'a grillé mon petit polichinelle...

Mais j'allais au lit super tôt et faisais des siestes dans la voiture dès que c'était possible. Maman a trouvé ça très bizarre; la dernière fois qu'elle m'a vue faire une sieste, je devais avoir 4 ans!

Elle a pensé à tout sauf à un bébé. Ah ah ah!

Lorsqu'elle a appris la magnifique nouvelle quelques semaines après, elle m'a dit: "Mais c'est pour ça que tu dormais tout le temps en Jordanie!!!"

Cynthia Brown

Enceinte, je fais des headstand dans le Wadi Rum.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly